Un pas de plus vers la reconnaissance de la MTC

Un pas de plus vers la reconnaissance de la MTC aux Etats Unis

( le Quotidien du Peuple en ligne )
27.11.2013 à 15h15

Photo de Diététique Traditionnelle Chinoise.

Les médicaments à base de plantes sont l’une des thérapies les plus élémentaires de la MTC, mais leur pouvoir de guérison reste encore méconnu en Occident. [Source China Daily]
Un médicament à base de plantes chinoises pour les maladies du foie vient de franchir un grand obstacle réglementaire aux États-Unis, mais pour la médecine traditionnelle chinoise, il y a encore un long chemin à parcourir.

Pour Tarek Hassanein, professeur de médecine à l’Ecole de Médecine de l’Université de Californie, à San Diego, il a fallu beaucoup de temps pour apprendre et enfin réussir à prononcer « fuzhenghuayu » (FZHY). C’est le nom chinois d’un médicament chinois breveté qui traite la fibrose hépatique, le processus de cicatrisation du foie lors de blessures et de maladies.

Ce remède est le troisième médicament chinois breveté qui a terminé avec succès la Phase Deux des essais cliniques aux États-Unis. Les pilules Compound Danshen Dripping Pill ont obtenu ce résultat en 2010 et les capsules Xuezhikang l’ont fait au début de cette année. Le professeur Hassanein est l’un des premiers chercheurs supervisant les essais aux États-Unis qui testent l’efficacité et la sécurité du FZHY en traitant des patients américains ayant une maladie du foie, principalement l’hépatite C.

Menée dans neuf cliniques depuis 2010, les essais se sont achevés au début de novembre, avec 250 participants et 89 sujets valides.

« Les données préliminaires affichent une tendance qui montre que le FZHY peut stabiliser la fibrose hépatique chez les patients infectés par le virus de l’hépatite C, et les tests montrent que le FZHY est un antifibrotique avec un bon profil de sécurité et est bien toléré dans la population des États-Unis », a dit le professeur Hassanein.

«L’achèvement des essais confirme la capacité de mener des essais contrôlés aléatoires sur un médicament botanique en utilisant un placebo comme témoin dans les Etats-Unis et d’autres pays occidentaux ».

Ren Dequan, directeur adjoint retraité de la State Food and Drug Administration de la Chine, dit que cette étape fait faire à la phytothérapie chinoise brevetée un pas de plus vers la réalité sur le marché américain et même le marché mondial, parce que l’agence américaine est l’un des systèmes d’approbation et de régulation des médicaments les plus stricts du monde.

La médecine traditionnelle chinoise a une histoire qui remonte à plus de 4 000 ans, et diffère de la pratique médicale occidentale en ce qu’elle croit que le corps humain est un tout organique et systémique, et que toute maladie est le reflet d’un état de déséquilibre de l’organisme.

Dans la pratique clinique, la MTC a prouvé ses capacités à traiter les maladies chroniques, parce que ces maladies sont souvent causées par des anomalies biologiques multiples, avec pour résultat des cibles à traiter complexes sur lesquelles la médecine occidentale moderne peut ne pas avoir de bons effets, selon Liu Ping, l’inventeur du FZHY.

Il estime que la MTC peut être une bonne alternative car elle met l’accent sur l’ensemble de l’état de santé d’une personne.

Bien que les techniques de la MTC comme l’acupuncture et les massages aient gagné en popularité en Occident, les médicaments à base de plantes ne sont pas encore bien acceptés par les Occidentaux.

Peu de médicaments brevetés chinois ont en effet été autorisées par les autorités de santé occidentales à entrer sur le marché des médicaments. La plupart de ces médicaments et plantes médicinales figurent dans les rayons des supermarchés en tant que suppléments et produits de soins de santé, dit Zhang Boli, un membre de l’Académie d’ingénierie de Chine et Président de l’Université de médecine traditionnelle chinoise de Tianjin.

« Le succès du FZHY peut fournir des informations utiles aux producteurs de médicaments brevetés chinois qui veulent se lancer sur le marché international des médicaments », a dit M. Zhang.

La fibrose hépatique est fréquente chez les patients atteints de maladies du foie à long terme, et le FZHY est largement utilisé en Chine depuis 2003 pour améliorer leur état, alors que la médecine occidentale ne dispose pas de bon traitement de cette maladie.

Les tests de la Phase Deux du FZHY ont utilisé des biopsies du foie chez les patients pour recueillir des données sur l’efficacité et la sécurité dans le traitement de la fibrose du foie, ce qui s’est avéré être une sage décision, dit M. Zhang.

« Pour les médicaments chinois brevetés à l’international, il est important de faire un bon usage des effets positifs de la MTC dans des conditions cliniques où la médecine occidentale peut ne pas assurer un meilleur contrôle, comme les maladies chroniques », dit M. Zhang.

Cependant, bien que le FZHY ait terminé les essais cliniques de la deuxième phase exigés par les organismes de réglementation des États-Unis, il y a encore un long chemin à parcourir avant l’approbation finale pour le marché des médicaments grand public aux Etats-Unis.

Selon une étude menée par le groupe commercial Biotechnology Industry Organization en 2011, le taux de réussite global pour les médicaments ayant passé les essais de la Phase Un vers l’approbation finale est d’environ un sur 10.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *