Internationalisation de la médecine traditionnelle chinoise

La route est encore longue pour l’internationalisation de la médecine traditionnelle chinoise

( le Quotidien du Peuple en ligne )
23.08.2013 à 17h12

Photo de Diététique Traditionnelle Chinoise.

Le ministère du Commerce et le Bureau national d’administration de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) viennent d’annoncer la mise en place de grands projets commerciaux, des sociétés clés et des zones pilotes destinées à la MTC, dans un souhait d’établir des critères performantes dans ces services, de la création de marques internationales et d’en promouvoir le développement.

L’Asie leader du marché

Selon les statistiques les plus récentes, le volume global de l’import-export des médicaments traditionnels chinois au cours des six premiers mois de l’année a atteint 1.98 milliards de dollars, enregistrant une hausse de 23.94% par rapport à la même période de l’année précédente, dont une augmentation de 22.49% et de l’ordre de 1.49 milliards de dollars pour l’exportation, contre 28.57% et 490 milliards de dollars pour l’importation.

Jusqu’à présent, l’exportation des médicaments traditionnels chinois s’oriente vers 168 pays et régions, l’Asie restant le marché principal, qui a importé 920 millions de médicaments durant la première moitié de l’année, soit une part de 61.78% du marché extérieur de la MTC et une augmentation de 26.3% par rapport à la même période en 2012.

Etant la cible depuis longtemps pour l’exportation de la MTC, les Etats-Unis sont restés pendant plusieurs années le troisième plus grand marché dans ce secteur. Au cours du premier semestre de 2013, le volume des exportations de la médecine traditionnelle chinoise vers le marché américain s’est élevé à 207 millions de dollars, avec une augmentation de 26% par rapport de la même période en 2012. Du côté, du marché européen peu ouvert à la MTC, le montant de l’exportation durant les six premiers mois de cette année s’élève à 240 millions de dollars, soit une proportion de 16.31% du marché global de la MTC et une hausse de 14.66% par rapport de la même période de l’année dernière.

La querelle entre les critèrs chinoises et occidentales

En raison de la différence des critères concernant les produits médicaux, des frictions commerciales se produisent souvent dès la sortie à l’étranger d’un nouveau produit. Le 20 août dernier, l’Agence de régulation des médicaments et des produits de santé au Royaume-Uni (The Medicines and Healthcare products Regulatory Agency, MHRA) a lancé une alerte contre certains médicaments traditionnels chinois dont la teneur en plomb, en mercure et en arsenic avaient dépassé le niveau normal autorisé, notamment les Bak Foong Pills (白凤丸, Bái fèng wán, un traitement contre la douleur des règles menstruelles), Hairegenerator (发宝, Fā bǎo, consacré au traitement de l’alopécie) et Niu-Huang Chieh-tu-pein (牛黄解毒片, Niúhuáng jiědú piàn, pour traiter le mal de gorge et l’ulcère buccal).

Zhang Boli, membre de l’Académie d’ingénierie de Chine, a proposé qu’il fallait d’abord s’inspirer des critères technologiques occidentales afin d’accroître la gamme de la MTC en accordant une plus grande importance aux précédures d’extrait, d’isolement et de contrôle de la qualité . Puis, établir ses propres critères de la MTC qui prennent en compte ses caractéristiques singulières.

Vers un mode de développement industriel

Dès les premiers services de l’ acupuncture et de produits divers délivrés hors des frontières chinoises, et jusqu’au développement industriel futur comprenant les domaines de l’éducation, des recheches scientifiques, du commerce et de la culture, la médcecine traditionnelle chinoise n’a jamais cessé son exploration pour s’ouvrir les portes d’un marché international.

Prenons l’exemple de la société pharmaceutique chinoise Tong Ren Tang (同仁堂). A son entrée dans n’importe quel pays ou région, elle fait tout d’abord sensibiliser les habitants locaux aux notions culturelles de la MTC par des services médicaux traditionnels, tels que les quatres étapes du diagnostic médical chinois :Wang (望, wàng, inspecter), Wen (闻, wén, écouter), Wen (问, wèn, interroger) et Qie (切, qiè, palper), l’acupuncture et le massage. Dans chaque pharmacie de Tong Ren Tang, un médecin peut être consulté. La société a également ouvert des centres médicaux dans les hôpitaux locaux, en créant par exemple, trois centres MTC dans trois hôpitaux à Singapour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *