Cuisine médicinale

Cuisine médicinale

© Chine InformationsLa Rédaction, le 05/12/2008 00:00

La cuisine médicinale en Chine est une tradition de longue date, on trouve des traces de son utilisation avant la dynastie Han (206-220 avant JC). Elle n’a cessé de se développer au fil des dynasties, la nutrition est ainsi devenue une vraie science. Il n’est pas question d’une simple combinaison entre aliments et médecine traditionnelle, mais il est question d’un authentique style de cuisine qui allie des ingrédients médicinaux à la nourriture, tout en suivant la théorie médicinale chinoise.

Cette cuisine s’est répandue, notamment dans le sud est de l’Asie. Régulièrement, des conventions ont lieu pour informer les intéressés, de plus en plus nombreux, sur cette médecine alternative, et promouvoir cette nouvelle science médicale.

Il existe une large variété d’aliments utilisés pour être en bonne santé; environ 600 ont été recensés : céréales, fruits, légumes, viandes et produits de la mer. La plupart d’entre eux sont assez méconnus boudés en dehors des frontières asiatiques. Cependant tous sont importants et jouent un rôle dans la cuisine médicinale. Plusieurs autres ingrédients sont ajoutés afin de donner plus de saveur à la cuisine, comme le vin, le sucre, l’huile, le vinaigre, le miel ou encore les amandes, les oranges, mandarines, cacahuètes.

Selon le but recherché, la cuisine médicinale se décline en quatre catégories : protection de la santé, prévention, guérison et la cuisine thérapeutique.

La cuisine pour la protection de la santé sert à renforcer les qualités nutritionnelles de la nourriture pour une bonne santé organique. Une soupe de potiron et d’amandes peut aider à perdre du poids, une soupe d’angélique et de câpres à embellir, et le ginseng à fortifier.

La cuisine de prévention assure une bonne résistance de l’organisme. La soupe d’haricots mungo prévient les insolations en été. Les graines de lotus, le lys, l’igname, les marrons et les poires peuvent empêcher la sécheresse de l’automne et être des vitamines pour affronter le froid de l’hiver.

La cuisine de guérison est utilisée lors de rétablissement de maladies graves. Du cœur de mouton braisé ou du mouton grillé avec de l’angélique permettront une bonne récupération.

La cuisine thérapeutique vise des pathologies spécifiques. Des pommes de terre frites avec du vinaigre peuvent diminuer l’hypertension. Quant à elle, la soupe de carpes avec du Tuckahoe, enrichit le sang et réduit ainsi les œdèmes.

http://www.chine-informations.com/guide/cuisine-medicinale_2656.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *