Cuisine impériale chinoise

Cuisine impériale chinoise

© Chine InformationsLa Rédaction, le 24/04/2005 00:00

En 1925, quatorze ans après le renversement de la dernière dynastie de Chine, un ancien eunuque des Qing de nom de Zhao Renzhai convoqua d’anciens cuisiniers impériaux dans l’intention de tenir un restaurant servant des plats confectionnés selon les recettes culinaires de la cour impériale. Le restaurant s’appelait Fangshan (à l’imitation de la cuisine impériale.) Situé au Parc Beihai, il avait jusqu’ici une existence de 76 ans.

La cuisine impériale comportait deux volets : le repas quotidien et le festin de gala.

Le repas quotidien se composait en général d’une cinquantaine de plats, sans compter les pâtisseries. Pour l’impératrice Ci Xi, le nombre s’en élevait à une centaine, bien qu’elle n’en ait pris qu’une petite partie placée devant elle. Ces plats étaient finement préparés avec des aliments de bonne qualité (légumes frais, poisson vivant, volaille bien engraissée, etc.)

Chaque année, lors des grandes occasions, l’empereur des Qing offrait des banquets somptueux en l’honneur des hauts dignitaires et des membres de la famille impériale. Rien qu’en célébration de son 50e anniversaire de naissance en 1785, l’empereur Qian Long donna un festin de 800 tables pour plusieurs milliers de convives. Le festin le plus copieux et le plus soigné de la cuisine impériale était le Banquet au Menu complet mandchou-han (Manhanquanxi), qui comptait 108 à 230 plats, rassemblant les mets les plus exquis des Han et des Mandchous.

Citons en exemple les matières à préparer :

les “huit précieux oiseaux” (l’hirondelle rouge, la gélinotte, la caille, le cygne, etc);

le “huit précieux produits de mer” (le nid de salangane, l’aileron de requin, l’holothurie, l’estomac de poisson, l’ormeau, etc);

les ‘huit précieux produits de montagne” (la bosse de chameau, la patte d’ours, la tête de signe, les lèvres d’orang-outan, le placenta de panthère, la queue de rhinocéros, le tendon de cerf, etc)

et les “huit précieuses plantes” (l’hydne hérisson, la trémelle, la morille, le dictyphora phalloidea, le champignon en tête de signe, etc.).

Le festin devait durer deux à trois jours. De plus, les gâteaux servis étaient aussi très très raffinés, à savoir: la purée sucrée de petit pois, le petit pain de farine de châtaigne, le millefeuille, la galette à la viande hachée.

http://www.chine-informations.com/guide/cuisine-imperiale-chinoise_1014.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *